La fin de la vente de voitures thermiques confirmée pour 2040

La fin de la vente de voitures thermiques confirmée pour 2040

Pour un souci écologique, les députés ont récemment voté la fin de la vente des voitures thermiques d’ici 2040. Ainsi, on ne sera plus capable de trouver des voitures essence et diesel dès la fin de l’année 2039. C’est justement ce qu’a affirmé Nicola Hulot après que la décision ait été prise par les membres du gouvernement. À noter que les véhicules hybrides sont également concernés par cette loi qui sera en vigueur une fois que l’année 2040 pointera le bout de son nez.

Focus sur les restrictions des voitures essence et diesel

L’annonce de cette nouvelle a visiblement choqué le public, et notamment les utilisateurs réguliers de ce type de véhicule. Pourtant, c’est bel et bien officiel, la vente des voitures thermiques sera totalement interdite d’ici 2040. C’est vrai, cette nouvelle a déjà été évoquée à plusieurs reprises, mais personne ne l’a pris au sérieux. C’était alors après l’annonce faite par Nicola Hulot que tout le monde a commencé à peser le pour et le contre de cette décision et s’est demandé sur la possibilité d’un tel défi.

Concrètement, cette loi concernera les modèles propulsés par du diesel et de l’essence. Ces derniers seront alors bannis des concessions, une fois que cette loi s’appliquera. Cela en va de même pour les hybrides qui feront aussi l’objet des restrictions.

Une loi mise en vigueur dans l’optique de neutraliser le carbone avant 2050

L’assemblée nationale a voté pour cette loi pour des soucis écologique. En effet, l’interdiction de la vente des véhicules à essence ou diesel a pour l’optique de neutraliser totalement le carbone dans 30 ans. À noter que les députés ont même envisagé un instant à avancer la date butoir à 2030, mais qui n’est finalement pas passé. Ce qui veut dire que l’enjeu de ces véhicules pour l’avenir de notre planète est consécutif.

Ainsi, les élus ont décidé de repousser la date en 2040, ce qui laisse suffisamment de temps aux acteurs concernés par cette loi de se préparer sur les modèles qu’ils possèdent. Ainsi, seules les nouveautés seront permises dans les concessionnaires après cette date.

L’impact de la loi sur le portefeuille de l’état

Si les utilisateurs sont les plus tristes et se demandent sur l’utilité de cette loi, autant vous informer que l’état doit également se passer de recettes fiscales colossales. En effet, si en temps normal, l’état collecte environ 37,7 milliards d’euros à l’administration fiscale par le biais de la TICPE, le manque s’élèvera jusqu’à 500 milliards d’euros lorsque la loi s’appliquera. On estime alors environ 45 % de déficit sur le budget général de l’État. Mais la préservation de l’environnement passe avant tout, l’utilité est justifiée.

Un développement souhaité par les fabricants des batteries de l’hydrogène

L’interdiction de la vente des véhicules à essence et diesel signifie un développement souhaité pour les batteries et l’hydrogène. En effet, à partir de cette date, les nouveautés qui prendront de place seront les véhicules électriques qui marchent à l’aide des batteries ou l’hydrogène. Toutefois, puisque 30 ans ne sont pas moindres comme élan, les constructeurs auront la possibilité d’ajuster leurs produits aux normes, avant que la loi ne s’applique.

Copyright VIBEE © Tous droits réservés
luctus facilisis venenatis dapibus non commodo id, ut ut in