Voiture autonome Uber : l’enquête progresse

Voiture autonome Uber : l’enquête progresse

En mars dernier, une voiture autonome Uber a heurté, en pleine nuit, une femme, sur une route américaine. Cette femme marchait à côté de son vélo, sans visibilité ni lumière pour se faire remarquer, en plus de traverser avec une certaine négligence. La voiture n’a pas été intelligente pour éviter le choc et la conductrice, pas réactive du tout. Blessée lors de la collision, la victime est décédée peu après, à l’hôpital.

Sur Internet notamment, de nombreux commentateurs ont critiqué le comportement de la personne assise au volant et considérée comme coupable autant – sinon plus – que la voiture elle-même. Pour rappel, cette personne regarde essentiellement l’écran de contrôle de la voiture et donc, supervise le test, sans réellement se préoccuper de ce qui se passe dehors. De plus, elle était en théorie capable de prendre le contrôle de voiture en cas de besoin et son manque de discernement et d’attention ont fait que ça n’a pas été possible.

Le passif des voitures autonomes

Ce n’est pas la première fois qu’une voiture autonome est mise en cause dans un accident mortel : en mai 2016 déjà, un américain avait trouvé la mort lorsque sa voiture autonome s’était encastrée dans un camion, ne parvenant pas à éviter ce dernier alors qu’elle avait réussi à éviter une camionnette sur l’autoroute un mois auparavant et que la vidéo avait fait le buzz. D’autres accidents, matériels ceux-là, ont défrayé la chronique, suscitant avec raison une certaine méfiance de la part du public.

L’enquête relève les approximations techniques du logiciel

Le nombre de capteurs sur ce genre de voitures a été mis en cause suite à cet accident. Il semble que ces capteurs, nommés lidars, ne soient en réalité qu’au nombre de un, pour sept initialement. En outre, l’analyse poussée du véhicule a permis de comprendre le fonctionnement du logiciel de la voiture pour ce cas précis. En réalité, la voiture a détecté la piétonne mais l’a considérée comme un « faux positif », ce qui, pour elle, n’est pas un motif suffisamment valable pour s’arrêter. Il faut savoir que les cyclistes sont un vrai problème pour les voitures autonomes, à cause de la multiplicité des vélos existants. De fait, les voitures ont déjà coupé la route, notamment au niveau des pistes cyclables, à de nombreux cyclistes, ce qui a entraîné des grognements de la part de ces derniers.

Pas de procès en vue

Pour s’éviter de sérieux démêlés judiciaires, Uber a préféré dédommager la famille de la victime, c’est -à-dire le mari et la fille de la victime. L’accord n’a pas été détaillé mais on peut supposer qu’une somme plutôt élevée a été offerte aux proches de la disparue. L’enquête, elle, continue, notamment grâce au travail des autorités locales et n’est pas près de s’arrêter, comme l’a confié un shérif de la ville, en avril dernier, à des médias locaux.

Copyright VIBEE © Tous droits réservés
pulvinar leo. libero eget tempus quis Aliquam